VIVRE SANS PEUR

Un sentiment enflamme tous les cœurs, il ne  trouve chez nous que des adorateurs.

Son image est par tout…excepté dans ma poche.

Non, monsieur le ministre. Demain matin, monsieur le ministre.

Bien, monsieur le ministre…

Dans une aptitude qu’il croit être celle d’un homme d’affaires, et pendant qu’il met de l’ordre sur le bureau, sort pensif.

Si je ne m’intéressais pas à vous, je ne vous aurait confié un affaire aussi importante.

“La persistance dans la “maison de tous”, cette manie de gens humble. C’est un désir de humanité, qui veut marcher vers la paix et la justice”.

Chaque personne brille de sa propre lumière, que nous ne pouvons pas regarder sans penser au feu qui la brûle. Il jette une fumée noire, cela ne nous laisse pas voir qu’un mètre plus loin.

Comme un fantôme, je suis allée combattre là où nous sommes, si non nous serons vaincus.

La bureaucratie est une maladie. Quand nous savons tous que la corruption est le moyen le plus rapide d’obtenir de l’argent.

Il faut une volonté politique pour défendre les pauvres, ce sera le environnement nécessaire pour finir avec une politique, qui mets des lignes rouges à une société qui ne voit plus le prix du kilo.

Travailler pour être pauvre. l’inégalité inquiété toute l’humanité.

On ne vous endormira pas, de ce côté-là au moins, je navigue, posée comme un flan doré sur un plateau, je n’ai pas dit bonjour, je ne dis pas salut, je dis :

Nous ne sommes pas de bois.

Commentaires Facebook

Partagez si vous aimez:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *