UN DOULOUREUX COMBAT

Je regardais les alentours, le ciel, en joignant que, vraiment, je n’étais pas une femme de la chance. J’étais satisfait de ma performance tout autant que de mon travail, aussi propre et soigné que mon apparence.

De temps à autre, puis ce qui devrait arriver arriva; vers midi je suis aller faire des courses pour le déjeuner. Je vais aller acheter ce qui faut ce soir.

L’en demain, mon cerveau, n’était plus qu’une masse de pansées, primaires à touts les mammifères. Après le travail il m’arrivait de marcher dans les parages. C’est alors que le destin, me fit croiser, Carlos, ce qui j’espérais, secrètement depuis longtemps.

J’imaginais que les souvenirs allaient me submerger a mesure que je le regardais, mais je ne éprouvait pas le sentiment de bonheur caractéristique des retrouvailles.

J’ai découvris le ordinaire et sans goût, il m’avait oublié. Cela faisait mal, comme chaque fois, vous efface de votre existence et passé à autre chose, parce que la vie est ainsi.

On s’était retrouvés la tête en bas, je suis rentré à la maison, avec simplement un peu de terre sur mes baskets et des cheveux décoiffes. J’étais au bord de l’épuisement physique. Puis je remonté mes épaules avec l’indifférence qui a d’autres préoccupations.

Enfermé dans mon univers paranoïaque, et puis ça me met les nerfs en pelote.

Je m’attelait au travail que j’ai détestait tant. Tel était mon “moi”, une sorte de bourreau amnésique et affable.

Météo New York émit un bulletin d’alerte, une violente tempête et des orages; vers l’après-midi, le ciel se voila vers l’ouest et une sombre de nuages sombres apparut sur l’horizon. Des trombes, et des arbres arrachés, des toits emportés.

Vers dix-huit heures, tout était terminé, et la maison totalement à l’abri, une seconde fois, le ciel me tomba sur la tête. Et dans un dernier souffle, je crie: -Foutez le camp d’ici!

Je dois sortir mes gars, je décidais donc d’attendre, silencieux.

Je me demande, qui peut bien être cette femme, et s’y je l’ai connu.

Commentaires Facebook

Partagez si vous aimez:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *