JE ME RETIENNE DE CRIER

L’scénario le plus réaliste ne me semblait soudain plus si réaliste que ça.

J’avais appris à mes dépens qu’il fallait que j’en passse par là. Le médecin m’annonce la terrible nouvelle, soudain je refuse. Je voulait me souvenir d’elle tel que je l’avais connu. Le covid l’a pris.

J’eus de mal, me faire l’idée de sa mort. Avec un baiser imaginaire: ¨À bientôt¨ et je suis parti par la porte arrière. Vouloir élever la voix, crier et lui dire: ¨ On se voit au paradis¨. Elle a toujours dit que chaque personne qui meurt et franchit la porte est traitée de la même manière.

À  la maison, seul, puisque je n’avais  pas des photos accrochés aux murs. Au fond de la pièce mon bureau semblait loin. Sur l’écran de l’ordinateur, la page d’accueil  s’alluma, un diaporama apparaît de nous deux.

En la voyant mes larmes explosent sans pouvoir m’arrêter jusqu’à ce que mon cœur décide d’arrêter de battre.

Mais l’image de ma femme bien-aimée, son regard magnifique, la regardant je pouvais voir deux jeunes heureux de vivre ensemble. Alors j’ai compris que je devais attendre la fin de mes jours, malgré  que  j’étais  à côte de mes pompes.

Devant l’écran de l’ordinateur, je vais afficher une notice, avec la rubrique : ¨N’envoyez pas de fleurs, faites un don aux œuvres caritatives¨.

Le dernier souhait de ma femme.

Commentaires Facebook

Partagez si vous aimez:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *