IL NE FUT pas RÊVER

IL NE FUT pas RÊVER.

Il dormait, et de qu’il s réveille avec un grand mal de tété  cherchait un cachet d’aspirine qu’il  dissimulée dans la tale de l’oreiller, en se regardent dans son miroir de la salle de bain il vu le visage d’an agneau , le jour ou il allait être abattu. En revanche, la seul chose qu’i lui préoccupa c’était son fils.

Il se dit qu’l viendra le voir après, de qu’il  fait se qu’il doit faire. Pourtant il accumulait un tél arriéré de rages, que pour se consoler  il ajouta de l’alcool a son bol de café. Il à attendu tellement longtemps pour ce jour la, que en fin est arrive. Il se voit comme si  ne fut pas identifie, mais la place qu’il laissait, serait pris de suite .

Chez lui cette un dépotoir, de bouteilles vides, dehors la fleuve était complaisante, sa maison avait ds grands chambres vides, une cuisine, et des fenestres donnant sur la montagne. Une horrible envie de pleurer lui envahit, mais  il respira profondément et pris le pistolet , cette un magnum 352, il mets les balles dans le chargeur, et le déposa sur la table à cote sol bol de café. Il pris le pistolet avec sa main gauche, et le coup est parti, tout seul, heurtant un vielle lampe sur la commode et franchi sur le mur. Tout cela lui avait impressionne tellement que son cœur n’a arrêtait de lui taper si fort que presque il tomba de la chaise.

Et puis il se dit qu’il était  mort en vie. Ce jour la, il ne pouvait imaginer qu’il va vivre, ce le prix de sa future vie. Décide a souvenir aux besoins de sa vie, sur un aire tranquille pour dissimuler la  rigueur de son aire  afflige. Il est presque midi, il à entendu les  cloches de la vielle église, du petit village à coté. Maintenant il va sortir, habille en femme, maquille au fontaine, perruque blonde,de lentilles bleus, et de rouge à lèvres carmin, il se regarda au miroir du salon, et se dit”L’amour aussi , ça s’apprend”.

Sortie par la grand porte d’entre, rentre dans son fiat Twingo en démarra la voiture  pour partir il se pas ou, quelques kilométrés plus bas une grand explosion , et en fin la liberté. Ce la dernière fois que les villageois ont entendu parler de Monsieur Dupont.

 

 

 

 

Commentaires Facebook

Partagez si vous aimez:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *