CONFESSION

Le mardi 21 septembre, à 10 heures, je me trouvais dans mon bureau. Il  faisait un temps gris mais la pluie ne menaçait pas dans l’immédiat. Depuis ma fenêtre j’apercevais des immeubles, de bureaux, tout semblait d’un calme presque naturel.

Il y avait des moments d’un sentiment d’injustice, je n’avais pas la moindre idée de ce qui se passait dans ma tête, sur ce que je pensais ce jour-là. On pourrait croire que j’avais touché le fond.

Mes mains tremblaient, quand on dit que on est banquier, ça ne signifie pas que je passe mes journées assis derrier un bureau à encaisser des chèques pour ses clients.

Je ne suis jamais en contact avec l’argent, puisque il n’existent plus sous forme matérielle. Nous utilisons les termes “cliquers, indexation etc..”, le concept de “levier financier”tout le temps les termes -là.

Puisque le principe de la banque moderne, c’est d’emprunter de l’argent, l’argent qui ne vous appartient pas! Qui rapporte davantage que les intérêts payés au prêteur.

Qui sommes nous? nous sommes des gens qui gagnent plein d’argent en trichant. Pour exister dans cet univers physique, ça devenait gênant pour moi.

Je ne perds pas de vue qui nous sommes, obligé de ne pas avoir contact avec le reste de l’humanité.

Ah, c’est impressionnant, il faut l’avouer.

En définitive, trahi, il avait des moments d’un sentiment d’injustice.

Cette fois je n’avais pas la moindre idée de ce qui se passait dans ma tête, sur ce que je pensais ce jour -là. On pourrait croire que j’avais touché le fond à force de solitude.

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

La révolte est une forme de souffrance, il n’est pas toujours de changer le monde extérieur mais nous avons le pouvoir de changer notre monde intérieur.

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Commentaires Facebook

Partagez si vous aimez:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *