photo

CES CHOSES LA…

La quantité de alcool que je consommé  ce soire, en compagnie de mes amis, à détruit mon visage de la réalité. Je me suis réveille, j’ai remarqué que son nez étais long et crue, comme celui d’un sorcière, pourtant je ne saurais dire que je étais fou, que se passe-t-il?. Tout d’un coup,  je découverte que n’être pas beau, c’est d’être aussi laid dehors que de dans. J’ouvre la couverture, si non mon châtiment me poursuivra toujours, je vois un corps de rêve, j’ai soudain cédé à un fou rire.

Elle s’est réveillé, elle me parle: -Je vis nulle part , vielle comme le monde et jeune comme un bébé qui vient de naître. Tout ta vie , tu as été traité bien, différemment, parce  que tu est beau. Tu as utilisé la beauté pour te montrer cruel, méchant, envers celui qui n’a pas la beauté.-

-Est tu folle?!,je exclamait.

-Je te donné un nouveau visage!.

-Tu n’existes pas. Ai-je marmonné.

-Tu serais privé de ta beauté,  tu ne serais pas transformé en un grenouille!. Tu serais doté de la beauté intérieur, seulement.

-Écoute, on se bien marre tout les deux… mais (j’ai l’air agacé), maintenant c’est fini. Elle  fâchais, elle va  détruire  ma chambre comme un animal en cage. Elle ma regardé et à reculé en tremblant. elle me dit:

-Dit que tu me reconnais, S’il te plaît!

-C’est bien toi?, Sophie!

-Tu te fiches de moi , hein! J’ai un moment de douté, mais, mon corps tremblait.

-Tu ne serais jamais laide!, George, tu rêves!. Si je avais un bouton sur le nez, malgré tout,  m’aimerais-tu?.

-Je t’aime tant que je t’aimerais même si tu étais pas aussi belle!.

-Embrasse-moi!, désole, je t’ai dit que nous allons  avoir un bébé!, tu est parti faire la fête, te voila avec ton mal de tété!.

C’est très étrange, je comprenais à présent, avec l’air un peu plus normal. Je ne me regardé dans un glace, depuis ma transformation, mon visage, sans imperfections. Elle m’avais précisé que nous sentiments devraient être partagés. Je savais cependant que ma vie allait changer. -Oui, c’est vrai,a-t-elle admis avec un sourire.

Sur ce, elle m’embrasé.

 

 

 

 

 

Commentaires Facebook

Partagez si vous aimez:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *