LA VIE ELLE-MÊME

Plus vaste que la pensée, le seul espace de vie, c’est le présent, comme l’air que vous et moi respirez, c’est la nature.

Quelque part j’ai écouté que la forme extérieur est un reflet temporaire, puisque le monde qui nous entoure prendra vie de multiples façons dont votre mental n’a pas la moindre idée.

Bien que le comportement, c’est l’ensemble des actions du corps et de la parole il existe une forme de folie passagère.

Je ne veut pas m’enfermer dans la crainte, de ne pouvoir accéder à le courage d’affronter la vie et la mort.

Bien que je ne trouve pas le nirvana pour avoir l’éveil conscient du danger d’être emprisonné dans toute souffrance des actes de la vie.

Ce processus d’exploration, est le moment présent, ici et maintenant, j’ai constaté que la vie n’est pas si sérieuse, tout semble que l’on nous appris à croire mal ou dangereux. Cessons de nous faire des reproches et commençons à utiliser un autre modèle pour autres aspects de la vie.

Puisque la vie n’est pas juste, notre idéal de penser qu’ainsi va le monde.

Quand une dictature des remords nous submerge d’images négatives, nous transforme en faibles et sans ressources. On perd la maîtrise  de notre nature, de notre vie.

L’angoisse, la douleur nous transporte au plus mal de nous. La réalité n’es pas une apparence, elle existe, c’est maintenant à votre tour d’en prendre conscience.

Vous-avez compris que la façon la plus sûr d’éviter le mal est cultiver l’estime de sois et de reconnaitre que nul est parfait.

Nous aurons touts d’avantages d’être solidaires et de partager le meilleur de notre vie.

Commentaires Facebook

Partagez si vous aimez:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *